Agenda

 

Les textes et invitations publiées ici ne sont pas la voix unanime du Marbré mais celles de participants.es à L’AG. On propose des projets qui sont discutés et acceptés ou pas lors de la réunion du dimanche (“l’AG”). Chacun.e peut donner son avis et si il n’y a pas d’opposition alors la proposition se concrétise. Après l’AG, ces événements sont portés par les personnes qui les organisent et c’est donc elleux qui rédigent les appels.

Le Marbré n’est donc pas un collectif et bien sur personne ne peut parler en son nom. 

  • Sat
    27
    Feb
    2021
    12hLe Marbré

    Les centres de rétention administrative (CRA) sont des prisons où l'Etat enferme les personnes qu'il considère en situation irrégulière sur le territoire français, afin de pouvoir les expulser.

    Dans le contexte actuel de pandémie, bien que pas mal de frontières soient plus ou moins fermées, les CRA sont toujours remplis de gens. La situation à l'intérieur est insupportable : à la violence habituelle de l'enfermement et des flics qui travaillent dans les CRA, s’ajoutent les conditions sanitaires désastreuses. Les mesures mises en place pour tenter de ralentir la propagation du virus sont inefficaces et incohérentes. Résultat, le centre de rétention de Vincennes fait face à un gros cluster. Les détenu.e.s ont été placés en quatorzaine et n’ont plus le droit d’être visités. Les prisonniers-ères s'organisent aussi pour résister aux expulsions, en refusant les test PCR, obligatoires pour se rendre dans la plupart des autres pays.

    Mais en face, la répression, elle aussi, a redoublé. Plusieurs des détenu.e.s qui ont refusé les tests ont été condamné.e.s à des peines de prison ferme, ou ont été placé.e.s à nouveau en rétention, pour un total de 180 jours. Face à tout ça, les prisonniers-ères n'ont pas arrêté de se rebeller : blocage de la promenade et grève de la faim au CRA de Vincennes, manifestation dans le CRA de Lyon, grève de la faim à Bordeaux, départ de feu à Lille, blocage de la promenade et grève de la faim à Oissel... Le 20 janvier dernier, pour s'opposer à ce nouveau prolongement du temps de rétention dans le CRA, une grosse révolte a eu lieu dans le CRA de Mesnil-Amelot. La protestation a même permis de brûler deux bâtiments et de rendre inutilisables 44 places en cellule. Pour cette révolte, sept personnes seront jugées au tribunal de Meaux le 5 mars 2021. Un rassemblement en solidarité avec les inculpés aura lieu le jour même, devant le tribunal, à 12h30 : soyons nombreux-ses, ne laissons pas les prisonniers-èresisolé.e.s !

    Dans la perspective des audiences du 5 mars, l'assemblée contre les CRA IdF organise une cantine de soutien. C'est samedi 27 février, au Marbré (39 rue des Deux Communes, Montreuil), à 12h. Ce sera l'occasion de revenir sur ces semaines de luttes et de récolter de l'argent pour les inculpés de la révolte de Mesnil. Hésitez pas à passer !

  • Sat
    27
    Feb
    2021
    16hLe Marbré

    Du refus d’empreinte à la préventive...
    Incarcération d’E. suite à la manif contre Génération Identitaire

    « Ases est dans les geôles du roi ! » Thucydide.

    Samedi 20 février dernier, à Paris, une contre-manifestation était
    organisée pour s’opposer à la manif des fachos de Génération Identitaire.
    Ces racistes de merde ont pu faire leur baroud d’honneur avec sono,
    discours, médias & compagnie, tandis que la contre-manifestation elle,
    était interdite et empêchée, notamment par le biais de fouilles et de
    contrôles préventifs aux abords de la manif.
    Un de ces contrôles a eu lieu place du 18 juin 1940 à Montparnasse avant
    la manif qui n’a pas pu avoir lieu, elle. Les flics trouvent dans la poche
    d’E. un cadenas de vélo et sa clef, et décident tout naturellement de
    l’embraquer pour « port d’arme par destination » et « groupement en vue de
    commettre... », placé en garde à vue au commissariat du Ve, il est
    prolongé puis déferré après 48h pour passer en comparution immédiate au
    TGI de Paris pour les chefs d’inculpation précédents et le refus de
    fichage.

    A l’audience, E. refuse la comparution immédiate et l’absence de fond
    n’est donc pas traitée, cette sale proc’ de proc’ demande alors le
    placement en détention sous prétexte qu’en l’absence d’empreintes
    digitales à comparer avec celle inscrite au FNAEG, on ne pourrait pas
    produire la certitude qu’il correspond bien à sa pièce d’identité, qu’il
    avait pourtant fourni. L’audience a donc exclusivement tourné autour de la
    question de comment réprimer le refus de signalétique et la sentence est
    venue confirmer la position militante de la proc’ et des juges en la
    matière, en prononçant l’incarcération automatique en dépit des garanties
    de représentation (qui habituellement sont prises en considération dans
    les procès sur la question de la mise ou non en détention) avec commission
    rogatoire pour prélever les empreintes.
    Même jour, même audience, un fasciste belge passionné de forge de l’autre
    coté de la manif passait en procès (défendu par un avocat tenant à
    affirmer son appartenance de gauche et dont la plaidoirie consistait à
    dire que les échauffourées n’avaient été causés que par les antifas...).
    Lui, a fournit toute sa signalétique et était en possession de deux balles
    de 9 mm (une percutée, l’autre non) ainsi que des cartouches de masque à
    gaz et des fumigènes, et se présentant comme membre de l’organisation
    « Amis et Boucliers » (!?). Même salle, deux ambiances (2 mois avec sursis
    et aucune chicanerie militante dans le réquisitoire et les questions de la
    juge...). On ne souhaite la prison à personne et même pas à nos pires
    ennemis mais il était clair qu’un cadenas de vélo mettait une bien plus
    mauvaise ambiance que deux balles, pour ces juges, aujourd’hui.

    A l’issue de l’audience, cette sale juge de juge a prononcé contre E. un
    mandat de dépôt sous les cris de rage d’un public peu nombreux mais
    solidaire.

    Il est primordial de réagir face à cette tentative de normaliser
    l’incarcération pour les refus de signalétique. Nous proposons pour en
    parler et en solidarité avec E. de nous réunir le samedi 27 février au
    Marbré (39, rue des deux communes, Montreuil).

    Refusons de participer à notre propre fichage !

    Liberté pour tous et toutes !
    Feu à toutes les prisons !
    Défendons-le / Attaquons-les !

    Camarades et compagnons solidaires de E.
    contact : mothrarising@riseup.net

    PS : A notre connaissance, moins d’une trentaine d’arrestations ont eu
    lieu mais nous cherchons des informations sur d’autres procès éventuels,
    on pourra nous contacter.

    solidaritéavecE

  • Sun
    28
    Feb
    2021
    13hLe Marbré

    L'AG publique du Marbré a lieu dorénavant tous les dimanche à 13h.

  • Sun
    28
    Feb
    2021
    16hLe Marbré

    Après quelques premières réunions, l'AG Transports/ Fraude se réunit à nouveau ce dimanche 28 février à 16h au Marbré afin de discuter et de s'organiser autour de la question de la répression dans les transports publics.

  • Sat
    06
    Mar
    2021
    12hLe Marbré

    Actif depuis décembre 2019, Vie Scolaire en Colère-IDF est un collectif d'assistant.es.s d'éducation regroupant aujourd'hui plus d'une 50aines d'établissements scolaires. Sans nous, les bahuts ne peuvent fonctionner. Et pourtant, nous sommes toujours dans les plus précaires, les moins considéré.es.s et les plus corvéables, puisque dépendant.es.s des chef.fes.s d'établissements pour la reconduction de nos contrats de travail.

    Nous revendiquons donc :

    • l'abandon des contrats COVID crées par le rectorat ainsi que "l'emprunt" d'AED d'établissements voisins pour palier au sous effectif des vies scolaires déclarées cas contact (alors même qu'ielles ne sont pas protégé.es.s par leur contrat de travail!)
    • une prime COVID, car nous sommes en contact permanent avec les élèves, nous mettant toustes quotidiennement en danger.
    • le recrutement massif d'AED et la fin du recrutement par les chef.fes.s d'établissement : pour un recrutement académique.
    • la titularisation sans condition de toustes les AED le souhaitant
    • une revalorisation du salaire et une baisse du temps de travail (passant d'un temps plein 41h à un de 32H)
    • l'accès à la prime REP/REP+ comme toustes les autres personnels de l'éducation nationale.

     

    Après le succès des mobilisations nationales de décembre, janvier, février (une 100aines de vies scolaires mobilisées en IDF, dont près de la moitié étaient intégralement en grève), on remet ca!

    Pour faire perdurer notre mouvement, aider à continuer notre mouvement et pour ne pas laisser certain.es.s camarades dans des situations plus précaires qu'ielles ne le sont déjà, nous avons aussi besoin d'argent.

    Pour ce faire, nous organisons une cantine de soutien ce samedi 6 mars au Marbré, 39 rue des 2 communes à Montreuil! Venez nombreu.ses.x!!

    De plus vous pouvez donner à notre caisse de grève en ligne ou bien la partager : www.lepotcommun.fr/pot/0wln48fc

    Poursuivons la grève !
    Vive les caisses de solidarité !
    Vive l’autonomie des luttes !

    Page Facebook : Vie Scolaire en Colère
    Page Instagram : @viescolaireencole